98% de clients satisfaits, intervention dans l'heure, devis gratuit

décembre 3, 2018

Les professionnels de la dératisation à Stains

Pendant les mois d’automne et d’hiver, les professionnels de la dératisation Stains s’occupent essentiellement des rongeurs, des souris et des rats. Quand il fait plus chaud, s’ajoutent à ces créatures les fourmis, les araignées, les punaises de lit etc. et à partir du milieu de l’année, la saison des guêpes et des mouches commence. Les insectes nuisibles tels que les blattes et les papillons de nuit sont présents en permanence dans nos jardins et dans nos habitations et entreprises.
Les dératiseurs, une fois chez vous pour un état des lieux, travaillent à l’instar de la police scientifique. Ils procèdent a une inspection sous les éviers, dans les sacs à ordures, dans tous les recoins auxquels vous n’auriez pas pensé sans eux. Ils connaissent les habitudes et les comportements des insectes et des rongeurs, c’est pour cela qu’ils savent exactement ou chercher et quoi chercher.

Que cherche le dératiseur 93 dans son inspection

De minuscules petits grains de riz sont là, des crottes de souris ou de rats, des traces de graisse le long des murs, des nids, bref, tous les signes révélant une présence bien réelle de nuisibles. Parfois, il est nécessaire d’y introduire une caméra de contrôle, surtout dans les endroits inaccessibles ou difficilement accessibles. Les images qui apparaissent sur l’écran montrent alors des traces de déjections et de restes grignotés qui sont clairement reconnaissables. Il n’en faut pas plus à ce professionnel pour comprendre l’étendue de l’invasion chez vous, mais il doit tout de même poursuivre son investigation pour comprendre ou exactement il devra poser les appâts a prévoir dans son plan de traitement. Outre les appâts, il doit savoir si d’autres méthodes sont à inclure dans ce plan sur mesure.

Les méthodes d’éradication des nuisibles Seine-Saint-Denis

Les méthodes de la lutte contre les nuisibles sont physiques, mécaniques et chimiques. Les méthodes chimiques sont de nos jours respectueuses de l’environnement. Cependant, il est préférable qu’elles soient appliquées par des professionnels. Celui-ci applique sur l’appât sous l’évier, par exemple, un anticoagulant. Ce produit va provoquer une hémorragie intérieure chez le rongeur et ceux-ci vont s’endormir pour toujours. Par le passé, des métaux lourds tels que l’arsenic étaient utilisés fréquemment – mais cette méthode était agressive et considérée aujourd’hui comme une  torture pour les animaux. Une mort courte et indolore a été recommandée avec les pièges à souris et a rats.
Les souris et les rats font partie des nuisibles dits d’hygiène, de même que les blattes, également appelées cafards: ils sont porteurs et transmettent tous des agents pathogènes. En outre, il existe des nuisibles de stockage tels que les papillons de fruits secs et les mouches, des nuisibles matériels tels que les mites pour vêtements et les nuisibles qui ne causent pas nécessairement de dégâts, mais qui agacent, comme par exemple les guêpes.

Une invitation aux nuisibles à s’installer chez vous

Dans son travail, le dératiseur devait penser comme un organisme nuisible. Il a les connaissances pour savoir comment ils vivent, comment et quand ils réagissent, ou ils aiment se cacher et construire leurs nids et quelle nourriture ils recherchent principalement.
Un client nous avait contacté en nous informant que des cafards s’étaient répandus dans sa maison familiale près Stains.
Le fait qu’il en avait aperçu en pleine journée était un indice formel d’une infestation grave. On a tendance à dire que si un cafard est perceptible en journée, cela veut dire qu’il y en a encore 200 autres présents. Lors de l’état des lieux, le professionnel en dératisation Stains se rendit compte que de la vaisselle sale était encore dans l’évier, que les poubelles n’étaient pas fermées avec un couvercle et que certains aliments restaient sur le plan de travail sans fermeture hermétique. Bref, ils avaient invités les cafards sans le savoir. Ceux-ci se sont empressés de répondre à l’invitation avec un plaisir non dissimulé.
Bien entendu, la première phase du plan de traitement consistait donc à mettre en place toutes les mesures de prévention nécessaires, le stockage des aliments dans des récipients hermétiques, des poubelles avec couvercle, plus de vaisselle qui traine dans l’évier, plus de miettes sur la table ou sur le sol et la diminution du degré d’humidité dans toutes pièces. Suite à cela, un plan d’action a été appliqué pour éradiquer l’infestation, ainsi qu’un suivi régulier.